En chiffres

0
Rate this post

Les suppléments ne sont pas page d’accueil des médicaments et n’ont aucune propriété curative Les suppléments ne sont pas des médicaments : ils peuvent contribuer au bien-être mais, comme le souligne l’EFSA, ils ne sont pas capables d’exercer une action pharmacologique, immunologique ou métabolique.

Ils ne peuvent donc pas prévenir ou guérir des maladies qui doivent être traitées par des médicaments.

Compléments minceur : pas un raccourci pour perdre du poids

Pour cette raison, aucune mention relative aux propriétés thérapeutiques ou préventives ne peut apparaître sur les emballages de ces produits. Cependant, tant la recommandation de ne pas dépasser la consommation que l’indication de ne pas considérer les suppléments comme substituts à une alimentation variée doivent être présentes.

Comme le souligne encore l’Institut Mario Negri, l’intérêt présumé des suppléments pour la santé, par exemple pour réduire le risque de développer des pathologies telles que des maladies cardiovasculaires et métaboliques ou certaines tumeurs, doit être démontré et les indications justifiant leur utilisation à ce type d’objectifs sont presque jamais étayé par des preuves scientifiques.

Les compléments alimentaires proposés en complément des régimes hypocaloriques pour le contrôle ou la réduction du poids ne représentent pas un raccourci pour perdre du poids. En effet, la seule manière de perdre du poids est de réduire l’apport calorique grâce à une alimentation ciblée et d’augmenter la dépense énergétique grâce à l’activité physique.

Les compléments alimentaires ne peuvent avoir qu’un effet accessoire en raison des indications précises portées sur l’étiquette : aucun complément ne représente une solution facile, pratique et rapide pour perdre du poids.

Compléments pour la pratique sportive : à bon escient et sans excès

  • Compléments pour la pratique sportive : à bon escient et sans excèsComme le souligne le ministère de la Santé, une alimentation équilibrée et variée est en mesure de satisfaire les besoins nutritionnels même de ceux qui pratiquent du sport ; par conséquent, l’utilité de l’utilisation de suppléments pour la pratique sportive doit être soigneusement évaluée.
  • Le CREA rappelle qu’il n’existe aucune substance ou molécule capable d’améliorer la performance sportive : même la performance sportive, comme la perte de poids, dépend dans une large mesure de l’adoption de régimes alimentaires adéquats pour la soutenir et l’encourager.

Toute utilisation de compléments dans le domaine sportif pour les indications spécifiques reportées sur l’étiquette doit être faite avec précaution car leur prise n’est pas sans risques ; souvent, leurs bienfaits sur les performances sportives ne sont pas étayés par des preuves scientifiques adéquates et, dans la plupart des cas, l’utilisation de suppléments n’est pas dictée par un besoin réel.

Le registre des compléments et le système d’alerte pour une consommation sans risque

Il est essentiel d’acheter des compléments alimentaires auprès de détaillants de confiance, comme les pharmacies et les herboristes, ou, si vous choisissez de les acheter en ligne, d’utiliser des canaux fiables et sûrs, en vous méfiant des produits qui promettent des solutions miraculeuses.

En Italie, la mise sur le marché des compléments alimentaires est soumise à la notification de l’étiquette au ministère de la Santé qui inscrit le produit, avec un code spécifique, dans le Registre national des compléments alimentaires, disponible sur son site Internet.

Avant chaque achat

Avant chaque achatIl peut être utile de le consulter pour identifier les produits régulièrement notifiés pour leur mise sur le marché italien.

Sur le site Internet du ministère sont également signalés les compléments alimentaires qui présentent des risques pour la santé, identifiés grâce au système communautaire d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux (RASFF) :

  • il s’agit de préparations qui contiennent des substances interdites ou qui n’ont pas été notifiées en Italie et dont la consommation, par conséquent , n’est pas recommandé.
  • Cet outil représente également une arme utile pour se protéger et utiliser les compléments alimentaires de manière consciente et sûre.

Suppléments, modes de vie modernes et nutrition : rôle et état de l’art à la lumière des preuves scientifiques les plus récentes

Les enquêtes les plus récentes menées par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et l’ISTAT confirment pour l’Italie une tendance déjà périodiquement évoquée depuis quelques années : dans l’un des pays où l’espérance de vie à la naissance est la plus élevée au monde (80,8 ans pour les hommes et 85,2 pour les femmes en 2017), juste derrière le.

Suppléments, modes de vie modernes et nutrition

Japon en termes de proportion de personnes de plus de 65 ans par rapport aux plus jeunes (près de 170 personnes âgées pour 100 enfants âgés de 0 à 14 ans), de nombre de personnes âgées et de personnes âgées On s’attend à ce que la population augmente encore dans les décennies à venir.

  • Suppléments, modes de vie modernes et nutritionCes données mettent certes en lumière le rôle de toutes les composantes favorables qui caractérisent notre société et notre mode de vie (soins de santé, éducation, socialité, nutrition, etc.),
  • mais elles mettent aussi en lumière ce qui doit être l’objectif pour les années à venir : garantir non seulement une vie plus longue, mais aussi en bonne santé.

Une condition essentielle sera donc l’utilisation de toutes les stratégies possibles pour réduire la prévalence des maladies chroniques dégénératives qui, compte tenu de l’amélioration générale de certains facteurs de risque (indice de masse corporelle, tension artérielle) enregistrée par l’OMS il y a quelques années,1 représentent les principales causes de mortalité.

Les indications sur l’une des approches possibles au niveau de la population proviennent des résultats du Global Burden of Disease, une collecte d’informations à 360 degrés sur la santé des habitants de 195 pays menée par plus de 3 500 chercheurs.