Vitamines

0
Rate this post

Il s’agit essentiellement de personnaliser DÉTAILS la nutrition, en prenant en considération tous les aspects évoqués jusqu’à présent (des besoins au profil génétique, de la physiologie individuelle aux habitudes alimentaires et modes de vie) et les interactions associées.

À ce jour, l’interaction entre la nutrition, l’expression des gènes et la santé a été définie pour certaines pathologies telles que l’intolérance au lactose et la phénylcétonurie, mais des études préliminaires suggèrent qu’une association similaire pourrait également être à l’origine de facteurs de risque de maladies chroniques.9

C’est précisément dans le contexte de la nutrition

Personnalisée que l’on propose à nouveau le rôle des suppléments, c’est-à-dire des produits qui, en cas de besoin accru ou d’apport insuffisant de nutriments dans l’alimentation, peuvent représenter une opportunité valable et sûre pour promouvoir un apport optimal.

D’une ou plusieurs substances et/ou le soutien des fonctions physiologiques.10 Contribuent également dans certains cas à la prévention des facteurs de risque de maladies, comme le démontrent désormais de nombreuses observations épidémiologiques menées sur de larges populations.

C'est précisément dans le contexte de la nutritionLes vitamines, ainsi que les minéraux, sont certainement les nutriments pour lesquels il a été identifié et a démontré le plus grand nombre de bénéfices nutritionnels et fonctionnels et qui correspond par conséquent au plus grand nombre d’allégations approuvées, par rapport aux apports journaliers recommandés bien définis.

Ce sont de multiples effets physiologiques essentiels à la survie, qui voient dans certains cas l’action combinée avec d’autres vitamines et minéraux : par exemple, 15 sont reconnus pour la vitamine C, 10 pour la B6, 9 pour la B2, 8 pour le folate (ou vitamine B9) etc. .

La présence de quantités insuffisantes de vitamines spécifiques dans l’organisme (hypovitaminose) peut dépendre d’un apport insuffisant de la vitamine avec l’alimentation, d’un besoin accru (par exemple pendant la grossesse) ou, dans des conditions pathologiques, d’une absorption réduite.

L’administration de la vitamine par le biais d’aliments

Ou de suppléments spécifiques est généralement suffisante pour éliminer les symptômes de carence, spécifiques aux différentes vitamines.11

La teneur différente des différentes vitamines hydrosolubles et liposolubles dans les aliments fait que, pour certaines d’entre elles, le risque d’un apport insuffisant est particulièrement élevé dans le contexte d’alimentations peu variées et pas parfaitement équilibrées.

L'administration de la vitamine par le biais d'alimentsC’est le cas de certaines vitamines B (B12, mais aussi thiamine, niacine et B6), pour lesquelles les sources de choix sont les aliments d’origine animale, en plus des céréales complètes, qui peuvent donc être présentes en quantité insuffisante dans les régimes stricts. végétaliens.7,12

Les folates méritent également une discussion à part, dont la criticité est bien connue dans toute la vie fertile des femmes13, mais pas seulement pour la santé des enfants.

Dans les conclusions d’une revue de méta-analyses (les études les plus robustes, basées sur l’évaluation des résultats d’études d’intervention de bonne qualité) publiées au cours des 10 dernières années, les auteurs ont émis l’hypothèse que la supplémentation en acide folique pourrait également réduire le risque cardiovasculaire chez les adultes. .

 Le risque de carence en folate

Ainsi qu’en thiamine (ou vitamine B1), a été associé à la consommation de régimes sévèrement hypoglycidiques (très faibles en glucides).15

  • Pour la vitamine D (dont la carence peut compromettre la formation osseuse et le maintien du squelette en bonne santé pour la vie), le problème, général pour certaines populations, concerne plutôt la présence de concentrations insuffisantes dans le sang,
  • principalement dues à des mécanismes limités de synthèse endogène, avec des conséquences importantes en termes de risque de rachitisme et d’ostéoporose.

Par exemple, le risque de carence en vitamine D a été associé au fait que la plupart des activités quotidiennes des adultes et des enfants se déroulent à l’intérieur, même en été.

16 Mais ce n’est pas tout : de nombreuses études confirment également la relation avec l’augmentation risque de maladies dégénératives chroniques (surtout cardiovasculaires) et indiquent qu’un manque de vitamine D, dont les sources alimentaires sont plutôt limitées, est plus probable surtout dans les zones géographiques et dans les périodes les moins ensoleillées de l’année.17,18

Suppléments de bien-être

  1. Des effets protecteurs importants et bien connus sont également exercés par les autres vitamines liposolubles (A, E, K) et par la vitamine C.
  2. 19 Cette dernière, ainsi que la vitamine D et l’acide folique, ont été rapportées dans le cadre de l’EURRECA (EURopean micronutriments RECommandations Aligned) – le réseau d’excellence promu par la .

Commission européenne pour harmoniser les recommandations en micronutriments actuellement adoptées dans les différents pays et évaluer l’adhésion aux mêmes recommandations au niveau de la population – parmi les nutriments avec la plus forte prévalence d’apport inadéquat en Europe.

20 L’acide folique et la vitamine E ont fait l’objet d’une revue récente d’études d’intervention d’une durée de plus de 12 mois ; les auteurs, tout en notant l’inhomogénéité des dosages et des méthodes de supplémentation, ont constaté une réduction significative du risque cardiovasculaire avec les deux vitamines.

21 La relation entre l’apport en acide folique et la réduction du risque de développer des maladies cardiovasculaires a été confirmée dans une revue systématique menée par une étude internationale. groupe de chercheurs.22