Les fibres en cas de constipation

0
Rate this post

Il est important de comprendre page d’accueil  que les suppléments, lorsqu’ils sont « auto-prescrits » sur la base de ouï-dire ou de recherches sur Internet, peuvent être consommés à des doses et selon des méthodes incorrectes et peuvent ne pas être sans risque.

De plus, il y a beaucoup de différence entre prendre une substance à partir d’un aliment, lorsqu’elle agit en synergie avec d’autres macronutriments et/ou microéléments contenus dans l’aliment, et la prendre isolée au sein d’un complément.

Les suppléments peuvent-ils vraiment être utiles ?

L’effet ne peut pas être le même. Même si l’intégration ne produit pas de dégâts, elle est souvent inutile et dans ce cas le préjudice est économique. D’autres aspects à ne pas sous-estimer sont l’interaction possible avec d’autres médicaments et une attention particulière pendant la grossesse et pendant l’enfance. Bien entendu, ils ne peuvent en aucun cas remplacer les traitements traditionnels (ex. chimiothérapie et tumeurs).

Les preuves scientifiques en faveur de l’utilisation de suppléments se limitent à quelques pathologies, états de carence nutritionnelle ou besoins physiologiques accrus dans lesquels l’intégration de certaines substances peut être utile :

  1. Vitamine B12 et fer comme suppléments dans les régimes végétaliens ;
  2. Folate et fer pendant la grossesse ;
  3. Vitamines D et B12 chez certains nourrissons et personnes âgées ;
  4. Vitamine D dans les maladies osseuses telles que l’ostéoporose ;

Les personnes âgées sont les plus exposées au risque de carences nutritionnelles : elles mangent souvent peu, parce qu’elles sont seules ou en raison de ressources financières limitées, elles peuvent avoir des problèmes de malabsorption, des difficultés à mâcher ou à avaler, elles passent beaucoup de temps à la maison et sont exposées à peu de soleil. .

Les suppléments peuvent-ils vraiment être utilesNaturellement, dans tous ces cas, il est possible de détecter la véritable carence et le réel besoin de supplémentation grâce à de simples analyses de sang.

Il existe d’autres compléments, au-delà des cas mentionnés, qui peuvent être utiles pour des thérapies particulières, mais seul le médecin ou le spécialiste est en mesure de connaître et de prescrire le type de complément, les modalités et la durée.

Les suppléments de vitamines et de minéraux, en aucun cas, ne peuvent en aucun cas remplacer les aliments, en particulier les fruits et légumes que nous devons consommer au moins 5 fois par jour et le lait et ses dérivés comme le Grana Padano DOP.

Ce fromage est naturellement riche en vitamine A, celles du groupe B (dont B12), en minéraux comme le calcium qui est essentiel pour les os et hautement biodisponible par rapport à celui que l’on trouve dans les légumes, mais aussi en antioxydants comme le zinc et le sélénium, ainsi qu’en protéines de valeur biologique avec 9 acides aminés essentiels.

Quelques règles pour le bon usage des compléments alimentaires

Quelques règles pour le bon usage des compléments alimentairesAvant de prendre des compléments, consultez votre médecin, notamment si vous êtes traité avec des médicaments, si vous envisagez d’utiliser plusieurs compléments en association ou si vous faites partie des personnes vulnérables (enfants, femmes enceintes et allaitantes, personnes âgées).

  • Ne prenez pas de suppléments pendant des périodes prolongées sans consulter périodiquement votre médecin et effectuer des tests de suivi.
  • Ne prenez pas de suppléments à des doses supérieures à celles indiquées sur l’étiquette.
  • Portez également une attention particulière aux modalités d’utilisation et de conservation, aux ingrédients présents pour éviter toute allergie ou intolérance, aux propriétés indiquées et à toutes autres mises en garde.
  • Si vous ne vous sentez pas bien ou si vous ressentez des symptômes, des effets indésirables ou inattendus, arrêtez de prendre le supplément.

Ne prenez pas de compléments promettant de meilleures performances sportives sans consulter votre médecin. De manière générale, une alimentation variée et équilibrée peut satisfaire les besoins nutritionnels des sportifs.

Phytostérols en cas d’hypercholestérolémie

Méfiez-vous des compléments annoncés pour leurs propriétés et effets « miraculeux », notamment ceux qui promettent de perdre du poids et ceux proposés sur Internet car ils peuvent ne pas être autorisés par les autorités chargées de la protection de la santé.

  1. Sur le portail du ministère de la Santé (www.salute.gov.it), vous pouvez trouver le registre national des compléments alimentaires régulièrement notifiés.
  2. Suppléments, modes de vie modernes et nutrition : rôle et état de l’art à la lumière des preuves scientifiques les plus récentes
    Mûres

Phytostérols en cas d'hypercholestérolémieSelon l’Organisation mondiale de la santé, l’Italie est l’un des pays où le taux de vieillissement de la population est le plus intense et le plus rapide au monde, comme en témoigne l’augmentation constante de la durée de vie moyenne qui, en 2013, a porté l’espérance de vie à la naissance à 82,9 ans en moyenne (80,3 pour les hommes et 85,2 ans pour les femmes), soit respectivement 2,5 ans et 1,9 ans de plus que la moyenne européenne (Eurostat, 2015).

  • Tout cela conduit à une croissance progressive de la population de plus de 60 ans, qui est passée de 12,2% de la population totale en 1950 à 27,2% en 2013.
  • Parmi les pays européens, l’Italie se distingue entre autres par le pourcentage le plus élevé de la population. plus de 65 ans : 21,4% contre une moyenne européenne de 18,5% ;

L’augmentation de l’âge moyen de la population

Un pourcentage appelé à augmenter dans les années à venir : on estime qu’en 2050, un Italien sur trois aura plus de 65 ans.1qui concerne la société en général, et donc aussi les pays les moins industrialisés, peut être attribuée à une série complexe de facteurs génétiques, environnementaux et nutritionnels étroitement liés :

De meilleures conditions de vie, une plus grande disponibilité de nourriture, caractérisé par une variété et une sécurité croissantes, une réduction de la fréquence des maladies transmissibles et un meilleur accès au traitement.

  • Face à cela, le vieillissement progressif de la population conduit, de plus en plus fréquemment, à l’apparition de maladies chroniques-dégénératives, imputables principalement au fait que l’évolution n’a pas « conçu » l’organisme humain pour vivre aussi longtemps, et qui pour la plupart ne sont pas précédés de signes reconnaissables.
  • C’est un problème qui préoccupe de près l’Italie, où l’espérance de vie en bonne santé à 65 ans est parmi les plus basses d’Europe.2