Cancer L Au Revoir De David Servan Schreiber

0
Rate this post

Les vidéos des protagonistes : l’histoire de Simone

Les dates qui ont changé l’avenir des jeunes patients Des années page d’accueil soixante aux années soixante-dix Des années 80 aux années 90 Les années 2000 et aujourd’hui

La recherche a fait de grands progrès dans le diagnostic et le traitement des néoplasmes chez les enfants et les adolescents. Cependant, le chemin est encore long et toutes les tumeurs n’ont pas atteint les résultats obtenus dans les leucémies et les lymphomes.

Les cancers pédiatriques en chiffres

L’augmentation de l’incidence (c’est-à-dire le nombre de nouveaux cas chaque année) des cancers infantiles enregistrée en Italie jusqu’à la seconde moitié des années 1990 s’est arrêtée. AIRTUM, l’Association italienne des registres du cancer, estime que pour la période quinquennale 2016-2020, 7 000 néoplasmes ont été diagnostiqués en Italie chez les enfants et 4 000 chez les adolescents (15-19 ans), conformément à la période quinquennale précédente. La moyenne annuelle estimée est de 1 400 cas dans la tranche d’âge 0-14 ans et de 900 dans la tranche d’âge 15-19 ans.

Une légère croissance continue d’être observée uniquement pour certains types de cancer chez les adolescents : dans la période 1998-2008, les diagnostics de tumeurs malignes chez les filles ont augmenté d’environ 2 % chaque année, tandis que chez les deux sexes, il y a eu une augmentation des tumeurs de la thyroïde ( +8 % par an).

Ce sont des maladies qui ont pourtant un excellent pronostic

(L’augmentation du diagnostic des tumeurs thyroïdiennes est principalement attribuable à une augmentation de la surveillance même en l’absence de symptômes : dans la majorité des cas, il s’agit de tumeurs indolentes et peu dangereuses qui n’ont pas été diagnostiquées dans le passé).

Quels sont les cancers pédiatriques les plus fréquents ?

Ce sont des maladies qui ont pourtant un excellent pronostic

Les tumeurs les plus fréquentes entre 0 et 19 ans sont les leucémies aiguës, avec environ 500 nouveaux cas chaque année, soit un tiers de tous les nouveaux diagnostics ; les tumeurs cérébrales suivent avec 400 nouveaux cas. En allant plus en détail, même dans la tranche d’âge 0-14 ans, la leucémie est le cancer le plus fréquent, et en particulier la leucémie aiguë lymphoblastique, dont les patients ont des taux de survie de l’ordre de 90 %.

Viennent ensuite les lymphomes (16 %), suivis des tumeurs malignes du système nerveux central (13 %), y compris les gliomes, les tumeurs du système nerveux autonome (8 %), y compris les neuroblastomes, les sarcomes des tissus mous (7 %), (5 %), osseuse (5 %), rétinienne, thyroïdienne et autres formes rares. Entre 0 et 5 ans, la tumeur la plus fréquente est le neuroblastome (qui représente environ 7 à 10 % de toutes les tumeurs de ce groupe d’âge).

Si on regarde les adolescents, donc la tranche d’âge entre 15 et 19 ans, les choses changent : les plus fréquents sont les lymphomes de Hodgkin (24 %), suivis des tumeurs de la thyroïde (11 %), des leucémies (11 %), des cellules germinales tumeurs (10 %), lymphomes non hodgkiniens (8 %), tumeurs du système nerveux central (7 %), mélanome (7 %), sarcomes des tissus mous (6 %) et tumeurs osseuses (5 %) .

Pour en savoir plus sur les cancers pédiatriques les plus fréquents, notre Guide des cancers pédiatriques est disponible en ligne.

Enfin, il est important de souligner que les parents n’assument aucune

Dans la plupart des cas, les cancers de l’enfant ne dépendent pas des modes de vie, sur lesquels l’individu peut intervenir en changeant ses habitudes, mais de facteurs qui ne sont pas entièrement connus, il est donc plus difficile de penser à des interventions préventives. Certains cancers rares,

comme le rétinoblastome ou le cancer du rein de Wilms, sont causés par des mutations bien connues et/ou appartiennent, dans un pourcentage important de cas, à des conditions héréditaires bien connues, mais pour la plupart des autres types de cancers, ils ne sont pas clairs les causes des maladies sont reconnues.

En ce qui concerne les facteurs environnementaux, qui finissent souvent au banc des accusés, on sait qu’en général ils peuvent jouer un rôle dans la formation de tumeurs – il suffit de penser, par exemple, à la fumée de cigarette, même passive – mais dans la majorité des cas, il s’agit impossible d’établir une certaine corrélation entre un agent chimique ou physique et l’apparition d’un seul cas de cancer.

A quoi sont dus les cancers pédiatriques ?

responsabilité en cas de cancer pouvant affecter leurs enfants. Lorsque le diagnostic est communiqué, de nombreux parents sont pris d’un sentiment de culpabilité qui les amène à penser que la cause réside dans des habitudes malsaines, peut-être même pendant la grossesse. Il est important de rappeler que dans la grande majorité des cas, ils n’ont aucune responsabilité.

Cependant, les parents peuvent décider de protéger leurs enfants du développement de certains types de tumeurs par des vaccinations spécifiques : celle contre le virus de l’hépatite B, pour éviter le cancer du foie auquel cette maladie prédispose,

A quoi sont dus les cancers pédiatriques

et la vaccination contre le VPH, à partir de 12 ans. , pour prévenir le cancer, entre autres, du col de l’utérus, du pénis, de l’anus et de la cavité buccale ainsi que l’infection. Les cancers pédiatriques sont de plus en plus traitables

Ce qui a définitivement changé ces quarante dernières années, c’est le taux de mortalité des cancers pédiatriques qui est en nette diminution. De moins en moins d’enfants entre 0 et 19 ans meurent du cancer : en 2008, les décès représentaient environ un tiers de ceux enregistrés au début des années 1970, et aujourd’hui plus de 80 % des patients récupérer.

Tumeurs hématologiques

Ce sont les cancers du sang (et les leucémies en particulier) qui affichent les plus grands succès, la survie pour certains types de cancer dépassant aujourd’hui 90 % des cas. Le mérite est largement attribuable à l’utilisation de la chimiothérapie selon des schémas développés grâce à une coopération internationale entre oncologues et pédiatres.

Aux succès du traitement pharmacologique s’ajoute celui de la greffe de moelle osseuse, dont les médecins italiens ont été les promoteurs et les pionniers. Plus récemment, pour certains types de tumeurs hématologiques, des médicaments immunothérapeutiques ont commencé à être utilisés et, dans les formes réfractaires ou récidivantes autrement incurables, les cellules dites CAR-T.

Ce dernier est un traitement qui consiste à prélever des lymphocytes T sur des patients et à les modifier génétiquement en laboratoire. Un gène est inséré dans l’ADN de ces lymphocytes qui provoque l’expression d’un récepteur, appelé CAR, qui renforce l’action des lymphocytes contre la tumeur. Lorsque les cellules CAR-T sont réinfusées aux patients, elles reconnaissent et attaquent les cellules cancéreuses dans le sang et la moelle osseuse jusqu’à leur élimination.